Blanc

Comme un oubli de soi

Avancer dans la pénombre ouatée

Là où le silence fait foi

Aller plus loin encore

Se tenir en mouvement

espace suspendu

qui n’oscille plus sous les vents glacés

le temps s’est figé

marcher sans horizon

ciel et terre confondus

se tenir au milieu

la terre déguisée en astre lunaire

accueille nos pas

d’une empreinte éphémère

qui rassure

s’envelopper de nacre et poursuivre

le présent lutte et combat dans l’absence

des sentinelles de glace ouvrent

un chenal de ciel

juste

le cœur s’entend

la musique intérieure tourbillonne en flocon et s’échoue

l’engourdissement nous baigne

nous gagne et nous prend

témoins du froid

blanc tout autour

c’est le vide aux allures d’un vertige

qui absorbe tout

je ferme les yeux

j’ouvre les yeux.

                                      Corine Avanzini

  • gillesbounous (1 sur 24)
  • gillesbounous (2 sur 24)
  • gillesbounous (5 sur 24)
  • gillesbounous (7 sur 24)
  • gillesbounous (8 sur 24)
  • gillesbounous (10 sur 24)
  • gillesbounous (11 sur 24)
  • gillesbounous (16 sur 24)
  • gillesbounous (17 sur 24)
  • gillesbounous (22 sur 24)
  • gillesbounous (23 sur 24)